Jusqu'ici, on connaissait le béton ordinaire, celui obtenu après malaxage de sable, gravillon et du ciment, puis de l'eau et éventuellement des additifs associés. Voici qu'on découvre la mise sur pied d'un béton à base de terre stabilisée. Destiné à la construction des structures porteuses des bâtiments, ce nouveau béton est obtenu après mélange de la terre crue stabilisée à la chaux et au ciment associée aux fibres de lin et de l'eau. 

photo cematerre Photo issue du site de  Le Moniteur.fr 

Ce nouveau matériau, baptisé Cematerre et déjà breveté à l'international est l'oeuvre de Alain Lefebvre, Dirigeant d'une Entreprise industrielle Française. Ce produit a déjà remporté son premier trophée, celui de l'innovation 2011 délivré par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Son concepteur assure que le matériau offre une isolation phonique et thermique trois fois supérieure à celle du béton et répond directement ou indirectement aux enjeux actuels du développement durable.

Le matériau qui a déjà subit nombreux autres test (traction, contraction, gel/dégel) sera étudié de près sur un bâtiment tertiaire et un Centre Hospitalier en cours de construction dans un Département Français. Reste à savoir ce qu'il en sera des tests d'écrasement, les différentes formulations, l'aspect des parements après décoffrage; même si sa mise en oeuvre est identique à celle du béton. L'ensemble des intrants est malaxé dans une centrale spécialement conçue pour une fabrication de grande quantité, coulé dans les coffrages, puis vibré.

Pour un chantier ayant un volume important de déblai, ce nouveau matériau serait le bienvenu. Cette terre issue de déblai ne sera plus évacuée à une quelconque décharge, mais utilisée sur place comme matière première pour la confection de ce nouveau type de béton. Avec en prime, l'économie engendrée par les transports réduits.

Actuellement, en collaboration avec l'industriel concepteur depuis le début du projet, le Laboratoire Ondes et Milieux Complexes du CNRS de l'Université du Havre mène une étude d'une durée de dix ans en vue d'observer les réactions du matériau face aux cycles d'humidité et de température.

Pour plus d'informations... cliquer sur le lien.

A vous...